CASES

place de l’hôtel de ville 51120 SEZANNE

2017  cases.sezanne@wanadoo.fr



Accueil L'Association Podor Sénégal Sézanne Nous contacter METEO PODOR METEO SEZANNE

NEW

Accès à l'eau :

le grand défi africain

Distribution de l'eau : investir pour développer l'accès à l'eau potable sur le continent Africain.


La forte croissance de la population sur le continent africain oblige les États à augmenter leurs investissements pour garantir un meilleur accès à l'eau potable. Notamment dans les villes.

« La ressource existe. Le problème, ce sont les infra­structures. » Ces mots résument  le paradoxe africain.
Sur les 5 400 milliards de mètres cubes d'eau renouvelable par an que recèle le continent, il n'en consomme que 4 % pour boire, irriguer et produire de l'énergie. 

En conséquence, 300 millions d'Africains n'ont toujours pas accès à l'eau potable.

« il faudrait que l'Afrique consacre 11,4 milliards d'euros par an pour fournir de l'eau potable à l'ensemble de la population. En règle générale, les infrastructures au sud du Sahara sont faibles et ne permettent réellement d'utiliser qu'environ 5 % des ressources en eau disponibles à des fins économiques et sociales, contre 70 % en Afrique du Nord. »


En 2008, l'approvisionnement en eau de la population était de 31 % en Afrique subsaharienne, de 60 % en Afrique du Nord.  Les Objectifs du millénaire pour le développement, les OMD prévoient de réduire de moitié le nombre d'habitants dépourvus d'accès à l'eau d'ici à 2015. « Seuls l'Afrique du Sud et peut-être le Sénégal atteindront ces objectifs », estime le secrétaire général de l'Association africaine de l'eau. La démographie urbaine est galopante, c'est le principal défi des pays : se mettre à jour rapidement et anticiper l'avenir.

La population africaine devrait ainsi augmenter de moitié entre 2010 et 2040, avec un pourcentage de citadins qui passerait de 44 % à 57 %. Selon le cabinet de conseil et d'ingénierie français Sofreco, les besoins domestiques en eau d'ici à 2040 devraient se situer entre 135 milliards et 161 milliards de mètres cubes par an pour l'ensemble du continent.



Comment appliquer le droit à l’eau.


Près du tiers de l’humanité boit de l’eau dangereuse pour sa santé, surtout dans le tiers-monde.

L’eau douce ne représente que « 3% de l’eau sur terre ». Près des deux tiers de cette ressource se situent dans les calottes glacières et les glaciers, un tiers est dans les nappes souterraines et une toute petite partie se trouve en surface dans les lacs et les rivières.

Les prélèvements humains ont triplé durant les 5O dernières années. Leur augmentation annuelle est d’environ 64 milliards de mètres cubes. L’eau douce est devenue rare.

Des conflits naissent à cause de cette situation. Des estimations certes parfois contestées portent à plus de 1 milliard le nombre d’humains qui n’ont toujours pas accès à l’eau potable. Dans les pays les moins développés 80 % des maladies sont liées à cette ressource. Il faut rappeler que la majorité des humains qui n’ont pas accès à l’eau sont des ruraux. Le doit à l’eau couvre deux domaines : la répartition entre usagers et entre pays et la notion universelle d’accès à l’eau pour les personnes les plus démunies. L’eau est source de conflits, dans le monde 269 rivières et fleuves sont partagés par au moins deux pays.

En 1990,  23% des 5,3 milliard d’habitants sur la planète n’avaient pas accès à l’eau potable. L’objectif fixé par les Nations Unies est de réduire cette proportion à 11,5 % des 2015.