CASES

place de l’hôtel de ville 51120 SEZANNE

2017  cases.sezanne@wanadoo.fr



Accueil L'Association Podor Sénégal Sézanne Nous contacter METEO PODOR METEO SEZANNE

NEW

Réunion 31 mai 2011

En présence de : Mmes  Marie Pierre, Frédérique Rémond, Patricia Mathieu, Josiane Péruchon, Catherine Bertrand, Odile Leblanc

                         MM. Jean- François Maricot, Gérald Leblanc, Gilles Lasnier, Pascal Férat


Le président fait lecture de 3 courriers qui lui ont été adressés récemment :


Compte-rendu du séjour de la délégation podoroise du 2 au 7 mai 2011 :


Ce groupe était finalement composé de 3 personnes :


L’emploi du temps était, certes, chargé mais très intéressant pour tous. Outre tous les bons moments que ce séjour a réservés, il a permis une meilleure connaissance des uns et des autres et, à CASES, d’être confortée dans son action, qui a été, maintes fois, saluée. Il a permis aussi d’établir des pistes de travail :

En ce qui concerne les 2 chantiers de travail possibles, nous attendons de recevoir des dossiers plus précis pour prendre une décision ferme. 

Dates à fixer :


Réflexion sur l’avenir du gîte d’étape de Podor :


Cet établissement est propriété communale, mais sous gérance privée : loué d’abord au chanteur Baaba Mall, il l’est aujourd’hui à Gérald, dont l’objectif, lors de la reprise en 2005, était de créer de l’emploi et de redonner à Podor un « lieu de vie ». Aujourd’hui, il apparaît que l’équilibre économique est difficile à atteindre, pour de multiples raisons :

Gérald a décidé de « jeter l’éponge », prochainement, après avoir investi 10 millions de FCFA (environ 15 000 €), sans aucune retombée financière. Quid de l’établissement, du personnel, de ce lieu de vie qui est aussi le nôtre, puisque nous sommes là « chez nous », à chaque fois que nous nous rendons à Podor ?

Cette année CASES a entrepris quelques travaux sur le site, dans la mesure où il est patrimoine communal et que cela ne coûtait pas grand-chose (il nous restait du stock de peinture, le plafond en roseau coûte si peu). Mais sur la durée, de telles interventions ne sont pas concevables : CASES n’a pas le droit moral d’intervenir sur un établissement privé.

Du côté de la Mairie de Podor, très défaillante en sa qualité de propriétaire et qui ne peut pas faire les travaux qui lui incombent (mise aux normes de l’installation électrique, étanchéité), la réponse est la suivante : « Nous engageons des travaux pour 3 millions de FCFA (environ 4 500 €), ce qui sera insuffisant pour une réhabilitation totale. Ce que pourra faire le locataire (ou CASES) sera déductible du loyer ».


La question posée est donc : est-ce que CASES peut reprendre à son compte la gestion de l’établissement, sachant que l’association pourrait financer une partie des travaux de réhabilitation, que ces travaux seraient déductibles des frais de location (le plus gros poste des charges) et pourrait faire de ce site, outre ce qu’il est actuellement, un « centre culturel » pour la ville ?

Les conditions seraient, à minima, une refonte de l’équipe sur place, pour plus de transparence dans la comptabilité, une présence régulière d’un (ou plusieurs) membre de CASES qui accepte de prendre cette responsabilité, la gratuité d’hébergement pour les membres de l’association, et, un engagement ferme de la municipalité podoroise dans le projet. 

A l’unanimité, l’Assemblée se prononce favorable, sur le principe et sans engagement ferme et définitif, à l’adoption de ce projet. 

Questions  diverses :

Nous participerons à la brocante de Fère-Champenoise, fin juillet, pour y vendre du matériel qui nous a été donné, mais ne peut être expédié à Podor, mais surtout pour faire connaître l’association. Là aussi la date sera reprécisée.